Il y a 5 ans naissait l’Accord de Paris (12 décembre 2015) qui définissait une feuille de route pour limiter le réchauffement climatique. Un sujet qui, selon l’étude Oxfam du 7 décembre 2020, est important voire prioritaire pour 95% des français. Nous sommes 61% à penser qu’il y a urgence à agir sur le sujet.

Temps de lecture: 4 minutes

Qu’est-ce que l’accord de Paris ?

Rappelons-le, l’Accord de Paris engage les 195 pays signataires à se fixer des objectifs climatiques limitant le réchauffement mondial à 2 °C/an d’ici à 2100.

Il se fonde sur les études du GIEC(Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) qui nous expliquent, en 2018 :

  • Selon les estimations du GIEC, “les activités humaines ont provoqué un réchauffement planétaire d’environ 1 °C au-dessus des niveaux préindustriels, avec une fourchette probable allant de 0,8 °C à 1,2 °C.”
  • “Le réchauffement dû aux émissions anthropiques mondiales qui ont eu lieu depuis l’époque préindustrielle jusqu’à présent persistera pendant des siècles à des millénaires et continuera de causer d’autres changements à long terme dans le système climatique tels que l’élévation du niveau de la mer”
  • “Selon les projections des modèles climatiques, les caractéristiques climatiques régionales devraient présenter des différences robustes
    entre le moment présent et celui où le réchauffement planétaire atteindra 1,5 °C, et entre 1,5 °C et 2 °C.
    Ces différences consistent notamment dans l’augmentation de la température moyenne dans la plupart des régions continentales et océaniques (degré de confiance élevé), des extrêmes de chaleur dans la plupart des zones habitées (degré de confiance élevé), des épisodes de fortes précipitations dans plusieurs régions (degré de confiance moyen) et de la probabilité de sécheresses et de déficits de précipitations dans certaines régions (degré de confiance moyen).”
  • “À l’horizon 2100, l’élévation du niveau moyen de la mer à l’échelle du globe en cas de réchauffement planétaire de 1,5 °C devrait être inférieure de 10 cm environ à celle correspondant à un réchauffement de 2 °C (degré de confiance moyen).”

ZOOM sur les +2°C… par rapport à quoi ?

Il s’agit de limiter à +2°C le réchauffement climatique « par rapport à l’ère préindustrielle (1880 – 1899) », donc par rapport au moment où l’on observait qu’une faible pollution liée aux activités humaines.

“+2°C car au delà il y a des effets d’emballement de la machine climatique qu’on ne pourrait plus contrôler” – Gérald Maradan, Co-Fondateur et Directeur Général d’EcoAct.

Concrètement, sur novembre 2020, au niveau mondial, la température a nettement dépassé (de 0,13 °C) le précédent record détenu à égalité par novembre 2016 et novembre 2019, pour s’établir à +0,77 °C au-dessus de la température moyenne de la période 1981-2010.

Le mois de novembre 2020 est donc le plus chaud jamais enregistré dans le monde.

Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), l’année 2020 devrait se classer parmi les trois années les plus chaudes jamais constatées, avec 2016 et 2019 (rapport provisoire, données à confirmer en janvier 2021). La décennie 2011-2020 sera la plus chaude jamais observée.

Le succès de l’Accord de Paris réside selon Laurent Fabius (alors président de la COP21), dans la conjonction des scientifiques, de la société civile (entreprises, ONG, citoyens) et des gouvernements. 5 ans après, où en est-on ?

 

Qui respecte les accords de paris ?

Presque tous les pays du monde se sont engagés à réduire les émissions de gaz à effet de serre en mettant en place une Contribution Déterminée au niveau National (CDN). Les CDN sont les plans d’action de chaque pays pour réduire ses émissions nationales et s’adapter aux effets du changement climatique. Elles doivent être communiquées en toute transparence afin d’évaluer le réel potentiel de chaque pays et d’adapter ses objectifs en conséquence.

La neutralité carbone s’inscrit à présent dans l’agenda politique de plusieurs grands pays et au niveau mondial.

Suffisants ou insuffisants ?

Climate Action Tracker est une organisation scientifique indépendante qui analyse les actions gouvernementales pour le climat au regard des engagements pris lors de l’Accord de Paris. Que pensent-ils des actions mises en place ?

  • La Chine : Xi Jinping a annoncé en septembre 2020 un objectif de neutralité carbone d’ici 2060. Malgré cela, Pékin n’a pas communiqué son plan d’action en détail. Les engagements du pays responsable de plus d’1/4 des émissions de CO2, sont « très insuffisants » selon le groupe Climat Action Tracker (CAT).

 

  • La présidence de Joe Biden a l’intention de revenir dans l’Accord de Paris. Le nouveau président Américain est allé jusqu’à promettre un objectif de neutralité carbone pour 2050.
    Si l’on observe leur objectif actuel de réduire de 28% les émission de Co2 (en 2025 (base 2005), la trajectoire Américaine est jugée “considérablement insuffisante”.

 

  • L’Union-Européenne s’est engagée en 2015 à réduire ses émissions de CO2 d’au moins 40% d’ici 2030 par rapport à 1990. Les engagements sont « insuffisants » d’après CAT. Début décembre 2020, les Etats membres sont invités à se prononcer sur un nouvel objectif de baisse de 55% d’émission de Co2 en 2050, pour atteindre la neutralité carbone.

 

  • La Russie a rejoint l’Accord de Paris en 2019 avec un objectif de diminution de 30% ses émissions de Co2 en 2030 (base 1990). Ses engagements sont “considérablement insuffisant” pour le CAT…

 

  • Le Japon engagé à réduire ses émissions de 26% d’ici 2030 (base 2013). Bien que le Premier ministre Yoshihide Suga a annoncé fin octobre un objectif de neutralité carbone en 2050, les mesures mises en place sont jugées “très insuffisantes” selon le CAT.

 

“Aujourd’hui, si on regarde l’ensemble des contributions des pays, on est plutôt sur une tendance qui est entre 3 et 3.5°C, donc on est encore très loin des 2°C” – Gérald Maradan, Co-Fondateur et Directeur Général d’EcoAct.

 

Quid de la France ?

Le 19 Novembre 2020, le conseil d’Etat, soit la plus haute juridiction française, a donné au gouvernement français un délai de 3 mois pour « justifier de la trajectoire de réduction à l’horizon 2030 pourra être respectée ».

La commune de Grande-Synthe, commune littorale de 20k habitants près de Dunkerque, particulièrement exposée aux effets du changement climatique, a saisi le Conseil d’État à la suite du refus du gouvernement opposé à sa demande que soient prises des mesures supplémentaires pour respecter les objectifs issus de l’accord de Paris.

Cette mesure est historique : « dans la mesure où, désormais, on passe à une obligation de résultats, et pas seulement de moyens, en matière de lutte contre le changement climatique », souligne Corine Lepage, avocate de Grande-Synthe.

Et si le Conseil d’Etat n’est pas satisfait des réponses ?

« il pourra enjoindre à l’Etat de prendre des mesures pour rectifier la trajectoire, relevant du champ réglementaire. Pour la première fois, l’Etat va devoir rendre des comptes. » –  Guillaume Hannotin, avocat au Conseil d’Etat.

 

Pendant ce temps, la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) demande à 33 pays de prouver que leurs réglementations sont suffisantes pour protéger leurs citoyens du réchauffement climatique.

En réponse à la plainte déposée en septembre par six jeunes portugais contre tous les membres de l’Union Européenne pour avoir « échoué à faire leur part afin d’éviter une catastrophe climatique », la CEDH demande à 33 pays membres de prouver que leurs engagements sont suffisants. Tous les membres de l’Union européenne sont visés, ainsi que d’autres membres du Conseil de l’Europe comme le Royaume-Uni, la Norvège, la Turquie et la Russie. Les plaignants sont des âgés de 8 à 21 ans.

L’un d’entre eux s’exprime:

 “Cela me donne beaucoup d’espoir de savoir que les juges de la Cour européenne des droits de l’Homme reconnaissent l’urgence de notre affaire. Mais ce que je souhaite le plus, c’est que les gouvernements européens fassent immédiatement ce que les scientifiques disent nécessaire pour protéger notre avenir. Tant qu’ils ne l’auront pas fait, nous continuerons à nous battre avec plus de détermination que jamais” -André Oliveira, 12 ans

 

 

Retrouvez le décryptage, bilan et perspectives de Gérald Maradan en Podcast [10 minutes]

Parce que changer le monde passe par vous !

Baptiste Drapier

S'abonner à la Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter pour rester informé..

Vous êtes désormais inscrit.

Pour plus de contenus exclusifs !

Inscription réussie :