[Biodiversité] – Les nouveaux chiffres 2020

[Biodiversité] – Les nouveaux chiffres 2020

WWF publie l’édition 2020 du rapport Planète Vivante, et le constat est sans appel.

Biodiversité Label Lucie

© Rodney Rascona

Comment évolue la biodiversité au fil du temps ?

L’Indice Planète Vivante 2020 indique une chute moyenne de 68% des espèces suivies entre 1970 et 2016. Tous les deux ans, WWF quantifie notre perte de Biodiversité dans le monde. Leurs révélations sont de plus en plus inquiétantes.

Zoom sur la notion de Biodiversité

La « Biodiversité » est une expression désignant la variété et la diversité du monde vivant. Ce mot est quasiment synonyme de « vie sur terre ».

De nombreux chercheurs et scientifiques notamment l’écologue Giles Bœuf s’accordent pour substituer ce terme à celui de « vivant », plus inclusif quant à notre propre condition d’habitant de la Terre.

En effet, pour Arnaud Gauffier, Directeur des programmes WWF France, la pandémie de Covid-19 ne fait que mettre en exergue notre vulnérabilité quant au vivant:

« La pandémie de Covid-19 doit être le signal d’alarme : changeons notre rapport au vivant et exigeons des décideurs une réelle protection de la biodiversité, maintenant » – Arnaud Gauffier

Comment préserver la Biodiversité dans le monde ?

Si l’on veut infléchir la situation, il s’agit de prendre conscience que la destruction de l’habitat naturel des espèces en danger est la première cause de cette perte de biodiversité. Nous n’allons pas vous expliquer ici que la déforestation massive de la forêt Amazonienne implique de lourdes répercussions sur l’ensemble de vivant.

En cause, nos modèles de production insoutenables nécessitant l’exploitation de toujours plus de ressources.

La production agricole représente 80% aujourd’hui de la déforestation mondiale, 70% de l’utilisation d’eau douce et 70% de la perte de biodiversité terrestre.

Ces données font écho aux propos de Lamy Essemlali, présidente de l’association Sea Shepherd France lors du rendez-vous organisé par Produrable les 7 & 8 Septembre 2020.

La surexploitation des espèces est le deuxième facteur de cette perte de biodiversité.

Lamya et son association Shepherd France se battent pour la protection des Dauphins, victimes des chalutiers Français et de leur filet destructeur du vivant à grande échelle. L’association dénonce la position de la France, « le pays qui tue le plus de dauphins en Europe et l’un des pires pays à l’échelle mondiale ».

Changer ses habitudes de consommation vers des modèles plus durables, c’est choisir d’évoluer dans un monde qui ne met plus ses espèces en déclin. Consommer les produits de la surpêche, c’est se rendre complice de la destruction irréversible du vivant.

Pourquoi est-il important de protéger la biodiversité dans le monde ?

Habiter la terre, c’est avant tout la respecter en se disant que nos actions individuelles et collectives ont un impact considérable sur le vivant dont nous faisons partie. Dans nos sociétés de consommation, l’homme choisit le monde dans lequel il veut vivre à chaque fois qu’il va faire ses courses.

Sur ce sujet, retrouvez en replay la séance plénière d’ouverture du salon Produrable ici.

Si l’on reprend les mots de Robert Barbault, notre biodiversité est à comprendre comme un « tissu vivant aux mailles que l’on est en train de détricoter ».

Couper une maille, c’est prendre le risque de se retrouver tout nu dans quelques années.

En effet, la disparition d’une espèce comme les abeilles, élue « espèce vivante la plus importante pour la planète » devient un problème incommensurable pour la pollinisation des végétaux nécessaires à notre propre alimentation.

Comment les entreprises peuvent s’engager pour préserver la biodiversité ?

De nouveaux  outils de mesure des performances extra-financières existent dorénavant pour aider les entreprises à préserver la biodiversité.

La Caisse des Dépôt et Consignation Biodiversité (CDC Biodiversité) vous propose d’évaluer l’impact de vos activités économiques sur la biodiversité tout au long de votre parcours de production. Le Global Biodiversité Score (GBS) est un des “Sustainable Metrics” qui se doit aujourd’hui d’être intégré dans vos rapports de performance.

Suivant la maturité de votre projet, il vous est possible d’apparaître comme ” Entreprise protégeant la Biodiversité” grâce au label Biodiversity Progress certifié l’agence Lucie. Votre agence Parangone est partenaire de ce programme et vous accompagne dans votre certification Lucie.

Pour vous entreprises de 500+ salariés, sachez que conformément à la directive européenne de 2014 sur la transparence et la publication d’informations extra-financières, il vous incombe de publier chaque année un Rapport de Performances Extra-Financières. Cette réglementation vous concerne si:

  • Votre nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l’exercice dépasse le seuil de 500 salariés ;
  • Votre bilan dépasse 20 millions d’euros, ou ayant un chiffre d’affaires net supérieur à 40 millions d’euros, pour les sociétés cotées ;
  • Votre bilan ou chiffre d’affaires net excède 100 millions d’euros pour les sociétés non cotée.

N’hésitez pas à prendre contact avec notre équipe de professionnels qui facilitera votre démarche RSE quelque soit la maturité de votre projet.

S'abonner à la Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter pour rester informé..

Vous êtes désormais inscrit.

Pour plus de contenus exclusifs !

Inscription réussie :