Si Internet était un pays, ce serait le 3 ème plus gros consommateur d’électricité.

Dans son rapport “La face cachée du numérique (janvier 2021), l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) réaffirme que les émissions de CO2 liées à l’utilisation de l’informatique sont considérables (4% des émissions mondiales !), et que la forte augmentation des usages laisse présager un doublement de cette empreinte carbone d’ici 2025.

 

Alors quelles sont les bonnes pratiques à adopter ? La rédaction vous a sélectionné une liste de bonnes pratiques informatiques.

 

Conversations sobres : Mails et Visioconférence

  • #1 Triez vos mails et éliminer les spams sans tarder. Pensez également à vous désabonner des newsletter non désirées: un email stocké pendant 1 an génère 10g de Co2/an.
    Solution gratuite: https://www.cleanfox.io/

 

  • #2 Pour échanger des fichiers lourds en interne, utilisez les espaces de partage mis à disposition par votre entreprise. Pour partager des fichiers lourds à l’externe, utilisez les sites de dépôt temporaires.

 

  • #3 Créez des pièces jointes légères et bien conçues : fichiers compressés, PDF basse définition, documents optimisés (suppression des blancs, des images inutiles…) et faciles à lire sur ordinateur ou sur tablette, éditables par chapitre (votre correspondant pourra ainsi sélectionner ce qui lui est nécessaire).
    Pour compresser une image JPG ou PNG gratuitement: https://tinypng.com/
    Pour compresser un fichier PDF: https://pdfcompressor.com

 

  • #4 Supprimez les pièces jointes des messages auxquels vous répondez.

 

  • #5 Eteignez votre Webcam. Pour une heure de communication via ZOOM ou un autre programme, ce sont entre 150 et 1000 grammes de CO2 (suivant la qualité de la vidéo) sont dégagés dans l’atmosphère, soit 9km parcourus en voiture.  La transmission des images est à 96% responsable de ces émissions (étude Yale, Purdue, MIT)

 

  • #6 Ne multipliez pas les destinataires. Évitez l’usage systématique de la fonction «répondre à tous» si vous répondez à un envoi collectif.

 

Requêtes web : faire court et simple

  • #7 Visitez directement sur le site recherché, en utilisant l’historique de vos consultations, en créant des favoris dans votre navigateur pour les adresses que vous consultez régulièrement ou en tapant directement l’adresse URL d’un site lors d’une recherche.
    Une requête Google, c’est à peu près 7 grammes de CO2 émis dans l’atmosphère. En tapant l’URL du site directement dans la barre de recherche, on simplifie le parcours des opérations et on réduit le bilan carbone d’une recherche.

 

  • #8 Choisir un moteur de recherche éco-responsable. La plupart des moteurs de recherche vendent vos données aux publicitaires. Le moteur de recherche Ecosia finance à hauteur de 80% de ses profits des projets de reforestation. Les Français Lilo et Ecogine reversent une partie de leurs recettes à des associations environnementales et sociales.
    Si selon vous un moteur de recherche ne doit pas exploiter vos données personnelles, utilisez Qwant.

 

  • #9 Fermez les onglets que vous n’utilisez pas, cela améliore la navigation. Un onglet ouvert se recharge plusieurs fois dans la journée. Chaque actualisation génère environ 7 grammes de Co2 dans la nature.
    L’extension Google Chrome OneTab permet de mettre en veille vos onglets inutilisés gratuitement.

 

  • #10 Bloquez la lecture automatique des vidéos sur votre navigateur comme sur les réseaux sociaux.
    L’extension Google Chrome Bloqueur Vidéo est gratuite. Elle empêche toutes les vidéos sur le web de se jouer automatiquement, avec la possibilité d’inscrire des sites sur liste blanche.

 

Parce que changer le monde passe par vous !

Baptiste Drapier

S'abonner à la Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter pour rester informé..

Vous êtes désormais inscrit.

Pour plus de contenus exclusifs !

Inscription réussie :