Alors qu’avec la pandémie les particuliers se sont mués en investisseurs avisés*, le dialogue avec les particuliers concernant l’investissement et l’épargne responsables est encore timide :  comment être sûr de placer son argent au profit d’une action responsable ? 

 

Car oui l’épargne a un impact environnemental. Votre banque utilise vos placements pour financer des activités tierces. Oxfam propose d’ailleurs un calculateur de l’impact carbone de vos fonds, en fonction du montant de vos dépôts et de votre banque. Cliquez ici pour une estimation de votre empreinte carbone bancaire annuelle.

Vous avez de l’argent à placer et les entreprises ont besoin de financement. Entre vous deux, il y a les intermédiaires de placement (votre banquier, fond d’investissement). Ils sont les garants de la nature de votre investissement. Si cette action est fléchée vers des projets à impact social ou environnemental, alors on parle d’action responsable.

Qu’est ce qu’une action responsable ?

Les enjeux prioritaires que les 1000 sondés veulent voir pris en compte dans leur épargne sont (IFOP, 2020 pour Vigeo Eiris & le Forum pour l’Investissement Responsable (FIR)):

  • La pollution (78%), changement climatique (74%) et biodiversité (66%) pour les sujets environnementaux.
  • Les sujets sociaux qui suscitent le plus d’intérêt sont l’emploi (79%), le respect des droits humains (77%), le bien-être au travail (74%), le développement économique local (72%), l’égalité homme/femme et la lutte contre la pauvreté (70%).

Repérer les fonds d’investissements socialement responsables (ISR)

Les fonds vous proposent une sélection de placements basée sur des critères de risque et de rendement. Au sein de cette sélection, comment trouver le fond qui investit uniquement dans des entreprises qui se comportent de manière responsable vis-à-vis de la société ?

Les informations dont vous avez besoin pour évaluer ce critère de responsabilité se trouvent notamment sur deux documents, accessibles au grand public.

  • Le document d’information clé pour l’investisseur. Il contient l’objectif du fonds, sa stratégie, la méthode de sélection des entreprises, son profil rendement-risque, ses performances et ses frais.
  • Le numéro 2, c’est la Déclaration de Performance Extra-Financière (DPEF, voir notre article dédié). Il donne des informations plus détaillées sur les performances RSE des principales entreprises en portefeuille.

 

Existe-il un label qui permet de faire la différence rapidement ?

De nombreux labels sont progressivement apparus pour identifier les investissements dits “socialement responsables”.

Nous comparons ici deux labels publics français, le Label ISR et le Label Greenfin.

 

Lien vers le référentiel du Label ISR

Label ISR

Label public, 470 milliards sous gestion en 2021.

Cible du label : les épargnants particuliers et les investisseurs professionnels

Repose sur une notation des entreprises selon des critères ESG (voir notre zoom)

L’objectif de se label est de rendre plus lisible le concept d’investissement socialement responsable. Les méthodes d’évaluation sont définies par les fonds d’investissement.

Un seul critère imposé : la méthode de notation doit filtrer au moins 20% des entreprises testées. Cette flexibilité a pour but de maximiser l’adoption du label par le plus grand nombre de produits financiers. L’obtention du label à travers une analyse des fonds est assurée par des organismes indépendants accrédités par le Comité Français d’Accréditation (COFRAC).

 

Lien vers le référentiel du Label GreenFin

Label Greenfin

Label public, 17 milliards sous gestion en 2020.

Cible du label : les épargnants particuliers et les investisseurs professionnels

Il a pour objectif d’orienter une partie de l’épargne vers la transition énergétique et écologique en France et en Europe.

Le critère impératif est le financement d’entreprises issues de secteurs définis comme “éco-activités” (énergies renouvelables, bâtiments énergétiques performants, rénovation thermique, économie circulaire, industries vertes, transport propre, agriculture biologique, gestion des forêts…) . Ce qui exclut toute activité relevant de l’exploration-production et l’exploitation de combustibles fossiles ou de la filière nucléaire.

Certains investissements peuvent obtenir les deux labels.

 

ZOOM sur la notation selon les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG). 

La note ESG est le produit de 3 notes correspondant à la politique Environnementale, Sociale et de Gouvernance de l’entreprise évaluée.

La note environnementale doit tenir compte de l’impact de l’entreprise en termes d’émissions de gaz à effet de serre CO 2, donc de l’impact sur la biodiversité de l’utilisation des sols, du stress hydrique des polluants.

La note sociale pose la question du traitement des employés et de leur sécurité, du respect des droits de l’homme, des conditions de travail dans l’entreprise et chez les fournisseur.

La note gouvernance sert à évaluer la transparence de l’entreprise, son respect des lois – notamment en matière de fiscalité – ou encore le fait qu’elle ne prenne pas part à la corruption dans certains pays à bas salaires.

Comme écrit plus haut, les méthodes d’évaluation de ces 3 critères dépendent du fond d’investissement.

 

Vers plus en plus de transparence ?

Le rapport de l’Inspection Générale des Finances (Décembre 2020) pointe une asymétrie d’information entre épargnant particulier et fond d’investissement. Le fléchage de l’épargne des particuliers doit être simple et clair, avec un choix de l’impact voulu et une mesure  à minima trimestrielle permettant d’en rendre compte avec pédagogie.

La proposition 10 du rapport appelle à renforcer la transparence des labels ISR, en publiant sur le site du label des fiches synthétiques portant sur chacun des produits labellisés. 

Cette quête de transparence des informations délivrées pourrait bien expliquer la forte croissance (+67%) du financement participatif autrement dit le “crowfunding” 

En 2020, le volume des dons dans la catégorie “Humanitaire et Solidaire”, est passé de 11,8 à 51,8 millions d’euros (chiffres du baromètre 2020 du crowdfunding en France publié par Financement Participatif France (FPF) et le cabinet Mazars). En prenant part à la participation d’initiatives qui font le pari du collaboratif, vous êtes sûrs de connaître la finalité et le déroulé du projet.

De formidables initiatives comme Time For The Planet dont nous vous parlions en Septembre 2020, où 6 co-fondateurs ont déjà réussi l’exploit de lever 4 M € mai 2021 (objectif d’un milliard), suscitant un curieux intérêt. 

Le rapport de l’IGF insiste notamment sur le caractère charnier de cette période momentum où les épargnants cherchent un sens à donner à leur placement.

Le défi des labels ? Réussir à amener un nouveau niveau de compréhension pour les particuliers néophytes en phase de clôturer leur morne livret A…

Vincent Auriac, le président d’Axylia, propose un indice de risque carbone, de 1 à 7, basé sur le risque de volatilité, tamponné et expliqué par le conseiller bancaire à chaque placement d’un de ses clients afin de mieux flécher l’investissement responsable.

 

Or selon Novethic (IFOP, 2020 pour Vigeo Eiris & le Forum pour l’Investissement Responsable), “le concept d’ISR reste toujours méconnu du grand public: 61% des personnes interrogées  déclarent n’avoir jamais entendu parler de l’ISR et seuls 5% des Français déclarent avoir déjà investi dans un fonds ISR.”

 

Quelle est la rentabilité des fonds ISR ?

” Les fonds ISR  ont une performance globalement comparable à celle du marché, mais 62% de ces fonds surperforment les fonds « classiques » ” – D’après une étude 2020 de Polytechnique reléguée par Boursorama. 

Investir durable, ce n’est donc pas renoncer à la rentabilité de votre capital. C’est en revanche un moyen de sécuriser son investissement car les entreprises qui intègrent les critères ESG témoignent d’une vision de long terme, et seront donc les plus pérennes.

En résumé

Serions nous en train de connaitre un nouveau positionnement de l’épargnant engagé ? Au terme de consomma’cteur, s’ajoute – ou se substitue –  désormais celui de “actionnac’teur.” De nouvelles initiatives et modes d’allocation des ressources prennent de l’importance, replaçant l’humain et la planète au centre des enjeux. 

Chercher à investir votre épargne de manière responsable est une démarche pertinente dans le sens où si elles se généralise, elle pourrait être une source de motivation puissante pour obliger les entreprises à se soucier des problématiques sociales et environnementales.

* Les volumes moyens d’actions échangés chaque jour par les particuliers sur Euronext ont plus que doublé entre 2019 et 2020 – Source Les Échos – 3 février 2021

Evènement

Le numérique c’est pratique, une rencontre physique c’est fantastique ! 🤝 Nous serons présent.e.s les 16 & 17 Septembre au salon des Acteurs et des Solutions de l'Economie durable b2b.

Venez nous rencontrer toute la journée au salon Produrable, stand PU46 🧍↔️🧍

S'abonner à la Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter pour rester informé..

Vous êtes désormais inscrit.

Pour plus de contenus exclusifs !

Inscription réussie :