Isabelle Sadoux – Consultante Sectorielle

Isabelle Sadoux – Consultante Sectorielle

Fondatrice de l’Agence éditoriale D’Un mot à L’Autre, consultante, rédactrice et productrice de contenus audio et vidéo, consacrée à la filière parfum, elle propose des contenus qualitatifs, du conseil en stratégie de communication et de l’accompagnement en Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

 

Journaliste, rédactrice en chef puis directrice conseil dans une agence, elle s’est mis à son compte il y a 15 ans, privilégiant un service sur mesure et personnalisé.

 

Avec son blog, sa newsletter et sa chaîne podcast : La Voix du Parfum, elle fait connaître les créations et les bonnes pratiques de ses clients qui, de la fleur au flacon, de l’idée au packaging, font notre parfumerie française.

Afin de répondre aux enjeux sociétaux, dans un souci de développement durable, en partenariat avec Parangone, elle accompagne les initiatives en matière de RSE, forte de son expertise communication, stratégie et parfum. Entreprises, organisations, associations, syndicats, indépendants font appel à sa connaissance du secteur et son professionnalisme pour relever les défis actuels.

ECOACT : création du Lexique de la neutralité carbone 

ECOACT : création du Lexique de la neutralité carbone 

Un outil pédagogique pour decrypter le vocabulaire et les concepts de la neutralité et de la compensation carbone

Pourquoi ?

Aider les entreprises à construire un plan d’action compatible avec les préconisations scientifiques commence par une bonne compréhension de termes parfois complexes.

Or, au moment de la parution de ce lexique en 2019, personne ne s’accordait sur une définition unique de la neutralité carbone.

Comment ?

Un travail de co-construction avec l’équipe des expert.e.s d’ECOACT pour proposer une définition des termes clés liés à la neutralité carbone

La prise en compte des besoins et des réalités des entreprises et des territoires.

Résultat ?

Téléchargez le répertoire ici

[RSE sectorielle] La “green & clean” parfumerie en action

[RSE sectorielle] La “green & clean” parfumerie en action

S’il est une industrie qui fait rayonner la France c’est bien la parfumerie !

Et plus que jamais, développement durable et responsabilité sociétale sont au cœur des actions et des créations d’une filière particulièrement dépendante des services fournis par la nature : les initiatives se multiplient, les entreprises se mobilisent pour faire face aux enjeux environnementaux et sociaux.

 

Comment ? Zoom sur un écosystème plus que jamais impliqué.

Les marques sont la partie visible de la parfumerie ; elles travaillent en lien étroit avec des entreprises qui fournissent les flacons, les compositions parfumées, les échantillons… ainsi que de multiples savoir-faire artisanaux et artistiques. Toutes ces entreprises et leurs écosystèmes forment ce qu’on appelle « la filière parfum ».

« Développement durable : quels défis pour l’industrie de la beauté ? » ; « Concevoir pour mieux recycler en France » ; « Parfums naturels et bio : les fragrances pour se mettre au vert » ; « Entreprises : comment  réduire l’impact environnemental des emballages et papiers en les transformant en ressources ? » etc.

Pas une semaine sans que le sujet ne soit abordé sous divers angles :

 

  • Des entreprises arborent leurs engagements sociétaux sur leur site internet. En mars 2020, Chanel a lancé son programme d’engagements pour lutter contre le changement climatique, Chanel Mission 1.5°, en ligne avec les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat de 2015.

 

  • Des collectifs, syndicats, associations, fédérations embarquent leurs adhérents dans une dynamique de sensibilisation en quête de solutions communes. Le syndicat national des fabricants de produits aromatiques PRODAROM déclare notamment avoir engagé une étude de caractérisation des drêches de parfumerie avec le soutien de l’ADEME et de la région PACA.

 

  • Des grands groupes investissent dans l’ingénierie biologique, des plantations bio et des ressources respectueuses de l’environnement, notamment Symrise, Givaudan, Mane, ou Firmenich, en voie d’être labellisée B Corp pour ses engagements notamment en matière de sourcing responsable dans le cadre d’une stratégie ESG à 2030.

 

  • Des startupers inventent une autre parfumerie (3), à l’instar de Floratopia, parfumerie naturelle et responsable, à l’initiative d’un véritable manifeste pour « une empreinte positive sur le monde du parfum, en lien avec la planète, la biodiversité des plantes à parfums, et les artisans/producteurs qui les cultivent ». La prochaine « révolution » sera la « clean parfumerie ».

 

Outre les ingrédients, le packaging est devenu un terrain d’innovation et de transformation des business modèles à partir des principes de l’économie circulaire

 

Car en face, les utilisateurs de parfum,  en particulier les « Sustainable Natives » ou « Génération climat », ces moins de 20 ans qui sont avant tout engagés pour la planète, ont de fortes attentes en matière d’engagement développement durable des marques qu’ils achètent : 76% des répondants à l’étude Baromètre (4) pensent que l’implication RSE de leurs marques de parfums est importante.

 

Les trois critères d’engagement responsable les plus importants aux yeux des utilisateurs de parfum sont l’approvisionnement, l’éco-conception et le “Made-in-France”. La communication d’une démarche responsable, transparente et ponctuée d’indicateurs de performance est souhaitée par 76% des consommateurs. 

 

D’ailleurs, qu’est-ce qu’un parfum responsable ? C’est celui dont le sillage n’est pas au prix de compromis écologiques ou humains. C’est celui qui est conforme aux plus strictes réglementations internationales : porté par des équipes mobilisées sur une veille permanente des enjeux de santé et de sécurité. C’est un parfum dont la création mobilise toute une filière engagée dans la responsabilité environnementale et sociale.

 

Pour créer un tel parfum, comment faire ? Des fondamentaux semblent partagés depuis une quinzaine d’années. Il s’agit de considérer le cycle de vie entier du parfum, de sa conception à son recyclage tout en soutenant de manière durable tous les acteurs et leur écosystème. Quant aux matières premières naturelles, l’objectif est de repenser la chaîne d’approvisionnement et les processus de transformation dans le strict respect de la biodiversité, avec une empreinte climatique neutre, voire positive, et d’orienter l’innovation vers des ingrédients vertueuse et économes, qu’ils soient synthétiques ou naturels.

 

Pour accompagner la parfumerie dans cette mutation vers plus de naturalité et de durabilité, la chimie verte est, aux côtés des biotechnologies, un moteur de transformation incontournable.

 

Une amélioration continue des pratiques du secteur qui doit encore faire ses preuves

 

La RSE est ce que le digital était il y a 10 ans : incontournable, pivot central de l’intégralité des services de l’entreprise, de l’amont à l’aval. Mais si la prise de conscience est réelle, le secteur aborde maintenant une nécessaire professionnalisation RSE.

 

Car bien au-delà du green, du « clean », la cosmétique de demain est celle qui osera poser des actes forts, affirmer ses choix, communiquer et fédérer autour de ses engagements. En d’autres termes : proposer une marque responsable incarnée par son fondateur ou président, propulsée par ses collaborateurs et ses clients.  Elle rayonnera en premier lieu dans son entreprise pour pouvoir porter ses convictions auprès du public, en évitant l’écueil du green washing. 

 

Pour que cette approche RSE soit authentique et sincère et vectrice de préférence de marque, le triple enjeu à relever est donc de s’informer, se former et agir concrètement à travers l’élaboration d’une stratégie robuste. Alignée sur la science et les référentiels en vigueur (ODD, ISO 26000, SBTs…) elle permettra un reporting fiable (déclaration de performance extra-financière – DPEF) de plus en plus attendu par les parties prenantes et les financeurs.

 

Comme pour tous les autres secteurs, l’enjeu est de traduire ces stratégies à travers des actions pertinentes et à la juste échelle pour un impact positif significatif.  La prise en compte grandissante de la biodiversité dans la RSE des entreprises est de ce point de vue une réelle opportunité : directement connectée au modèle d’affaire du secteur, elle est un champ d’action qui permettra d’accélérer une transformation très attendue du secteur.

Isabelle Sadoux

Références

1/ Prix de l’innovation de responsable pour un parfum par la Fragrance Foundation

2/ Le 11 mars 2021. Conférence en ligne organisée par le Club des Entrepreneurs du pays de Grasse. Inscription gratuite mais obligatoire.

3/ Floratropia, parfumerie naturelle & responsable qui « ensauvage le parfum », des marques déjà visibles comme pH fragrance, qui conçoit avec Givaudan des produits « Clean Home Care » et « Clean Personal Care » – soit conçus uniquement avec des matières premières naturelles, 100 Bon qui accroit sa distribution. D’autres comme Ormaie travaillent même leurs flacons dans le respect de l’environnement. Ioumi-Provence et ses, formules sans impact négatif pour les nappes phréatiques, les produits ultra-frais (Freedge), solides (Lamazuna, Pachamamaï), zéro déchets, avec système de consigne (Biotanie crédite 5 euros pour tout contenant vide renvoyé, CoZie), en circuit court (Les Candides), etc

4/ Baromètre du Parfum 2019 de la Fragrance Foundation France

 

Isabelle Sadoux

Fondatrice de l’Agence éditoriale D’Un mot à L’Autre et du concept “La voix du parfum”, Isabelle Sadoux propose des contenus rédactionnels qualitatifs, du conseil en stratégie de communication et, en tant que consultante spécialisée de Parangone, un accompagnement en RSE adapté à la filière parfum.

 

 

 

 

La RSE, le 1er sujet de fierté de vos collaborateurs, par Sharee

La RSE, le 1er sujet de fierté de vos collaborateurs, par Sharee

Saviez-vous que la RSE est de loin le 1er sujet des programmes ambassadeurs ?

 

C’est quoi un programme ambassadeur ?

Les programmes d’employee advocacy – ou programmes ambassadeurs d’entreprises – consistent à accompagner les collaborateurs qui le souhaitent dans leur prise de parole professionnelle sur les réseaux sociaux.

Il est fondamental pour les entreprises de prendre part à ces conversations.

Le volume des conversations sur les réseaux sociaux constitue aujourd’hui le 1er espace média entre humains bien avant la télévision, la radio ou la presse. 

Mais les humains que nous sommes parlent entre humains et non avec des entreprises.

 

Avez-vous déjà vu des posts LinkedIn ou Facebook d’entreprise sur votre fil d’actualité sans qu’il ne soient sponsorisés ? A priori, si vous en voyez, c’est exceptionnel. Et quand vous les voyez, vous comprenez tout de suite que ce n’est rien d’autre qu’une publicité. Ceci est dû au fait que Linkedin référence beaucoup moins bien le contenu des pages entreprises que le contenu personnel de vos collaborateurs.

 

Voici la principale raison pour laquelle de plus en plus d’entreprises se lancent dans des programmes ambassadeurs. Ils alimentent les collaborateurs qui le souhaitent avec des contenus valorisants pour toutes et tous. 

 

Pourquoi la RSE et les programmes ambassadeurs ?

Pour réussir votre programme ambassadeurs, il suffit de 2 ingrédients :

  • Des ambassadeurs souhaitant développer leur image sur les réseaux sociaux.
  • Des contenus qui plaisent aux collaborateurs.

 

Vous l’avez compris, si les contenus ne plaisent pas, vous n’aurez pas d’ambassadeurs, ou de faux ambassadeurs qui ne partagent pas vos contenus avec une réelle motivation.

 

Sharee a constaté que parmi tous les contenus proposés, ce sont les contenus RSE qui sont le plus appréciés par les collaborateurs.

 

La stratégie RSE est l’une des rares thématiques commune à tous les clients Sharee. C’est le contenu préféré de vos collaborateurs, qui suscite donc le plus d’engagement.

 

Bénéfices mutuels de la stratégie RSE et du programme ambassadeur

Pour l’entreprise, mener une campagne de communication pour valoriser son programme RSE est un exercice difficile qui peut parfois générer de la confusion.

 

Il est toujours moins valorisant de d’auto-proclamer ses qualités que de laisser des tiers les mettre en avant. En d’autres termes, c’est toujours mieux quand les autres disent du bien de vous, plutôt que quand vous dites que vous êtes magnifique.

 

C’est en cela, que l’entreprise à tout à gagner dans le déploiement d’un programme ambassadeurs qui pourra entre autre proposer des contenus RSE.

 

Les ambassadeurs adorent ce type de contenu qui leur permet d’afficher avec fierté sur les réseaux sociaux leur appartenance à une entreprise qui mène une démarche RSE.

 

Nous mesurons chez nos clients que les contenus RSE sont souvent les premiers contenus proposés, avec les contenus corporate et les contenus experts au lancement d’un programme ambassadeur. Car ce sont les contenus les plus faciles à partager et aussi ceux qui génèrent le plus de fierté chez les collaborateurs, leurs familles, leurs amis.

 

C’est donc une aventure gagnant-gagnant que partagent le programme RSE et le programme ambassadeur.

 

Pour en savoir plus

Si le sujet vous intéresse, Alexandre Durain, Co-fondateur de Sharee se fera un plaisir d’échanger avec vous sur le sujet ou de vous montrer des plateformes existantes.

 

Et pour tout savoir sur les programmes ambassadeurs, le blog Sharee est à votre disposition ainsi que le e-book #ToutComprendre sur les programmes ambassadeurs.

 

Alexandre Durain

Co-fondateur de Sharee

06 08 22 99 21

Disponible via Linkedin 

[Employee Advocacy] Vos collaborateurs deviennent ambassadeurs.

[Employee Advocacy] Vos collaborateurs deviennent ambassadeurs.

Alexandre durain Sharee

Alexandre Durain, co-fondateur, Sharee

 

Qu’est ce que l’employee Advocacy ?

 

L’employee Advocacy désigne le fait d’encourager et de tirer profit les prises de position volontaires sur vos sujets d’entreprises de vos collaborateur.trice.s sur leurs propres réseaux sociaux.

Parangone a choisi la solution Sharee pour rendre vos collaborateurs ambassadeurs de votre marque.

 

Pourquoi ?

Dans le cadre de notre méthode d’accompagnement RSE : Révéler, Converger, Rayonner, c’est la meilleure illustration de notre “effet rayonnement”.

Pour les collaborateur.trice.s, l’employee advocacy est l’opportunité de diffuser en leur nom propre du contenu stratégique rédigé par leurs collaborateurs et sélectionnés par la direction. Ceci vous permet de gagner en visibilité sectorielle sur les réseaux sociaux et procure à vos collaborateur.trice.s un sentiment d’appartenance et de fierté envers votre entreprise.

L’entreprise encourage son “effet rayonnement” et le.a collaborateur.trice développe son image de marque personnelle.

Le contenu partagé personnellement sur les réseaux sociaux a beaucoup plus de valeur pour votre audience. Vous avez dû vous en apercevoir : l’algorithme Linkedin privilégie largement les contenus dits « personnels ».

 

Pour Qui ?

L’employee Advocacy s’adresse à toutes les entreprises qui souhaitent impliquer leurs collaborateur.trice.s dans leur communication, pour qu’ils deviennent ambassadeurs de la marque à votre place.

La solution Sharee est utilisée par des organisations de 10 à 70.000 collaborateurs.

 

Comment ?

sharee employee advocacy

Sharee organise la convergence de la communication interne et externe des organisations, via des programmes ambassadeurs.

Sharee centralise et distribue du contenu prêt à partager à vos collaborateur.trice.s. 

Ces dernier.e.s peuvent développer leur connaissance de l’organisation et leur propre influence sur les réseaux sociaux.

 

Sharee met en œuvre la convergence de la communication interne et externe des organisations via des programmes ambassadeurs. Sharee centralise, organise et distribue des contenus prêts à partager à tous les collaborateurs qui veulent développer leur connaissance de l'organisation ou développer leur propre influence sur les réseaux sociaux.

De leur côté, vos collaborateur.trice.s peuvent suggérer du contenu aux administrateur.trice.s, s’informer des actions menées par l’entreprise ou des tendances sectorielles, mais surtout partager en un clic ces contenus.

Ces partages sur Linkedin, Twitter ou Facebook leurs permettent de développer leur marque personnelle sur internet.

 

Combien ça coûte ?

La solution Sharee a un coût à la licence annuelle : de 120€ à 30€ par collaborateur.trice.s.

 

logo sharee RSENous mesurons chez nos clients que les contenus RSE sont souvent les premiers contenus proposés, avec les contenus corporate et les contenus experts au lancement d’un programme ambassadeur. Ce sont les contenus les plus faciles à partager et aussi ceux qui génèrent le plus de fierté chez les collaborateurs, leurs familles, leurs amis.” – Alexandre Durain

 

Pour en savoir plus, consultez l’article d’Alexandre Durain ici.

Guide des Écogestes Informatiques [TOP 10]

Guide des Écogestes Informatiques [TOP 10]

Si Internet était un pays, ce serait le 3 ème plus gros consommateur d’électricité.

Dans son rapport “La face cachée du numérique (janvier 2021), l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) réaffirme que les émissions de CO2 liées à l’utilisation de l’informatique sont considérables (4% des émissions mondiales !), et que la forte augmentation des usages laisse présager un doublement de cette empreinte carbone d’ici 2025.

 

Alors quelles sont les bonnes pratiques à adopter ? La rédaction vous a sélectionné une liste de bonnes pratiques informatiques.

 

Conversations sobres : Mails et Visioconférence

  • #1 Triez vos mails et éliminer les spams sans tarder. Pensez également à vous désabonner des newsletter non désirées: un email stocké pendant 1 an génère 10g de Co2/an.
    Solution gratuite: https://www.cleanfox.io/

 

  • #2 Pour échanger des fichiers lourds en interne, utilisez les espaces de partage mis à disposition par votre entreprise. Pour partager des fichiers lourds à l’externe, utilisez les sites de dépôt temporaires.

 

  • #3 Créez des pièces jointes légères et bien conçues : fichiers compressés, PDF basse définition, documents optimisés (suppression des blancs, des images inutiles…) et faciles à lire sur ordinateur ou sur tablette, éditables par chapitre (votre correspondant pourra ainsi sélectionner ce qui lui est nécessaire).
    Pour compresser une image JPG ou PNG gratuitement: https://tinypng.com/
    Pour compresser un fichier PDF: https://pdfcompressor.com

 

  • #4 Supprimez les pièces jointes des messages auxquels vous répondez.

 

  • #5 Eteignez votre Webcam. Pour une heure de communication via ZOOM ou un autre programme, ce sont entre 150 et 1000 grammes de CO2 (suivant la qualité de la vidéo) sont dégagés dans l’atmosphère, soit 9km parcourus en voiture.  La transmission des images est à 96% responsable de ces émissions (étude Yale, Purdue, MIT)

 

  • #6 Ne multipliez pas les destinataires. Évitez l’usage systématique de la fonction «répondre à tous» si vous répondez à un envoi collectif.

 

Requêtes web : faire court et simple

  • #7 Visitez directement sur le site recherché, en utilisant l’historique de vos consultations, en créant des favoris dans votre navigateur pour les adresses que vous consultez régulièrement ou en tapant directement l’adresse URL d’un site lors d’une recherche.
    Une requête Google, c’est à peu près 7 grammes de CO2 émis dans l’atmosphère. En tapant l’URL du site directement dans la barre de recherche, on simplifie le parcours des opérations et on réduit le bilan carbone d’une recherche.

 

  • #8 Choisir un moteur de recherche éco-responsable. La plupart des moteurs de recherche vendent vos données aux publicitaires. Le moteur de recherche Ecosia finance à hauteur de 80% de ses profits des projets de reforestation. Les Français Lilo et Ecogine reversent une partie de leurs recettes à des associations environnementales et sociales.
    Si selon vous un moteur de recherche ne doit pas exploiter vos données personnelles, utilisez Qwant.

 

  • #9 Fermez les onglets que vous n’utilisez pas, cela améliore la navigation. Un onglet ouvert se recharge plusieurs fois dans la journée. Chaque actualisation génère environ 7 grammes de Co2 dans la nature.
    L’extension Google Chrome OneTab permet de mettre en veille vos onglets inutilisés gratuitement.

 

  • #10 Bloquez la lecture automatique des vidéos sur votre navigateur comme sur les réseaux sociaux.
    L’extension Google Chrome Bloqueur Vidéo est gratuite. Elle empêche toutes les vidéos sur le web de se jouer automatiquement, avec la possibilité d’inscrire des sites sur liste blanche.

 

Parce que changer le monde passe par vous !

Baptiste Drapier

[5-200k / TPE-PME ] Financer Son Projet de Transition Ecologique

[5-200k / TPE-PME ] Financer Son Projet de Transition Ecologique

Votre projet concerne l’acquisition de véhicules électriques, d’équipements de réduction et de gestion des déchets, l’accompagnement pour des travaux ambitieux de rénovation des bâtiments, des études sur les émissions de gaz à effet de serre et les stratégies climat des entreprises… L’ADEME finance jusqu’à 200k euros vos projets de transition écologique !

Cette aide “Tremplin pour la transition écologique des PME” s’inscrit dans le cadre du dispositif France Relance.

Pour qui ?

L’aide est destinée à toutes les TPE et PME, quelle que soit leur forme juridique (SAS, SCOP, association loi 1901…).

Cette aide ne concerne pas les auto-entrepreneurs, ni les entreprises ayant déjà bénéficié de + de 800k euros d’aide de l’Etat face à la crise de la COVID-19.

 

Quelles actions sont éligibles à l’aide ?

Projet Actions
Rénovation globale des bâtiments et de qualité de l’air Audit énergétique, Maitrise d’oeuvre Environnementale (MOE) avec un objectif de 50% d’économie d’énergie…
Lutte contre le changement climatique Bilan Gaz à Effet de Serre* (entr. de moins de 100 salariés), Définir d’un plan d’action stratégique…
Eclairage Pose de LED, puits de lumière…
Isolation et la ventilation de mon bâtiment industriel Isolation de combles, des murs, ventilation…
Production de chaleur/froid (Bâtiments industriels) Géothermie, pompe à chaleur, géocooling, chaudière biomasse…
Mobilité Mise en place d’un Plan de Déplacement Entreprise, remplacement d’un véhicule électrique léger, achat vélo cargo électrique à usage professionnel…
Economie circulaire et la gestion des déchets Diagnostic de réduction des emballages, composteur, étude de dimensionnement économie circulaire…
Ecoconception et aux labélisations Accompagnement à la labellisation numérique responsable*, premiers pas écoconception…

Consultez la liste complète des aides.

*Consultez nos offres partenaires.

Combien l’ADEME me rembourse pour mes actions écologiques ?

L’ADEME finance entre 5k et 200k euros par TPE / PME. Pour obtenir une estimation, téléchargez le fichier EXCEL “ADEME_Tremplin Transition Ecologique” en cliquant sur ce lien.

  1. Renseignez l’onglet “1 – J’identifie mon entreprise“. Il vous faudra renseigner: 
    – Code APE (ou NAF)
    – Votre région / département
    – Les aides d’Etat dans le cadre de la crise du COVID-19 dont vous êtes déjà bénéficiaire.
  2. Renseignez l’onglet “2 – Je choisis mes actions
    – Seules les actions auxquelles vous avez droit apparaissent.
    – Remplir pour chaque ligne les quantités de la forme Oui (1) / Non (0) pour les études et gros investissements.
    – Renseignez le coût total HTR de cette opération tel que vous l’estimez. Sur cette base totale, l’ADEME vous affiche un montant prévisionnel des aides possibles et si il vous faut fournir ou non un devis.
  3. Finalisez votre demande. L’onglet “Synthèse de votre demande” résumé les éléments que vous devez transmettre à l’ADEME.
    Enregistrez le fichier sous le nom “[Votre numéro SIRET]_Tremplin transition écologique.xls” et envoyez le à l’ADEME en créant un compte sur la plateforme dématérialisée de l’ADEME.

 

Comment en bénéficier ?

  • Dossier de demande d’aide simplifié :
    • un seul dossier à déposer pour plusieurs études et/ou investissements ;
    • données administratives saisies en ligne ;
    • liste des opérations à cocher dans le tableur ci-dessous ;
    • devis demandé pour les plus gros investissements.

 

  • Instruction accélérée :
    • avance de 30% à la signature ;
    • durée 18 mois ferme ;
    • paiement final sur attestation simple certifiée sincère ;
    • possibilité pour l’ADEME de vérifier la réalité des études/investissement.

 

Groupe PIGMENTS : élaboration d’une stratégie RSE

Groupe PIGMENTS : élaboration d’une stratégie RSE

Une mission globale de conseil pour affirmer le leadership sociétal du groupe en tant qu’acteur de la ville

 

 

 

 

Pourquoi ?

Avec ses deux métiers principaux de scénographie urbaine au service des marques (Terres Rouge) et architecture éphémère à destination du secteur immobilier (Noire Ivoire), enrichis de son expertise artistique (Magent’art)  le groupe Pigments devient un acteur incontournable de la ville.

Le groupe a souhaité engager une démarche volontariste responsable à partir de sa raison d’être. « Les idées font la ville », c’est la promesse d’une ville plus durable, plus inclusive, plus harmonieuse.

 

Comment ?

Le Groupe Pigments s’engage dans la démarche à travers :

  • la signature du Global Compact et la réalisation de la communication sur le progrès (COP)
  • Une enquête auprès des parties prenantes
  • Un séminaire interne de formation aux enjeux du Développement Durable et aux cibles ODD, associés aux métiers du groupe, auprès de l’ensemble des collaborateurs.trices.
  • Des workshops de travail d’identification des actions et indicateurs (notamment éco-conception et gestion des déchets) et des groupes de travail thématiques pour structurer la feuille de route 2021
  • L’élaboration d’un socle stratégique
  • la co-production d’une capsule vidéo “Ré-enchanter la ville” avec l’expert en marketing territorial Vincent Gollain 

 

Résultat ?

Une démarche d’amélioration continue, engagée à partir des résultats de l’enquête des parties prenantes (clients et fournisseurs), en recherchant l’adhésion et la contribution de l’ensemble des salarié.e.s du Groupe.

 

[RSE] – Qu’est ce que j’y Gagne ?

[RSE] – Qu’est ce que j’y Gagne ?

Qu’est ce que la RSE ?

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), c’est la démarche d’une entreprise qui souhaite avoir un impact positif sur la société: social et environnemental. Vouloir s’améliorer, mieux faire en toutes circonstances, en s’appuyant sur les piliers du développement durable et les normes internationales.

Temps de lecture: 3 minutes

Rendre son entreprise plus attractive

 

Attirer et motiver les talents:

D’après l’étude de l’EDHEC (4e école de commerce française, LeFigaro 2021) auprès de ses futurs diplômés « NewGen for good : comment la nouvelle génération va transformer l’entreprise ? », 46% d’entre eux jugent que le développement durable et la RSE s’agit d’une valeur incontournable dans le choix de leur future entreprise ; ce critère se hisse au second rang pour les étudiants.

Obtenir la confiance de ses parties prenantes:

Dialoguer avec ses parties prenantes permet de mieux comprendre leurs attentes. Du dialogue naît la confiance, et donc une meilleure relation client-fournisseur qui ouvre la porte à de nouvelles perspectives d’affaires pérennes ;

L’ORSE révèle que les entreprises du CAC40 sont de plus en plus nombreuses (85%) à évaluer la performance RSE de leurs fournisseurs dans le cadre de leur politique d’achat responsable (audits et questionnaires).

Répondre aux attentes des consommateurs:

Pour 67,6% des consommateurs, le fait qu’une marque propose des produits durables renforce leur confiance en elle (étude GreenFlex, 2017). Les marques ont donc tout intérêt à développer une offre plus responsable qui s’inscrit dans une logique de différenciation (importance des labels, voire la formation dédiée) qui vous donne un accès privilégié à certains marchés où les consommateurs sont prêt à payer plus cher.

Avoir un meilleur accès à des financements:

Les investisseurs intègrent désormais des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) dans leur choix de placement. Un fonds d’Investissement Socialement Responsables (ISR), est un produit financier qui intègre des critères ESG). Il s’agit d’un marché très porteur avec une croissance à deux chiffres entre 2017 et 2018 (+11%). Les PME sont bien sûr concernés par l’ISR.

« Ces dernières années, nous assistons et nous prenons part à une accélération dans la prise en compte des enjeux ESG de la part des investisseurs. Ils ont notamment des attentes de quantification des impacts et un degré d’exigence qu’ils n’avaient pas avant » – Inès de Dinechin, comité stratégique de Trees-Everywhere (projets clé en main de reforestation pour la captation carbone des grandes entreprises et ETI). Source: Investir Durable #5, Mai-Juin 2020.

 

…et mieux utiliser ses ressources…

 

Partager un projet d’entreprise qui permet à chacun de s’épanouir:

Être à l’écoute de ses équipes, c’est chercher à stimuler la capacité créative des hommes et des femmes. Les entreprises qui adoptent des normes environnementales ont des employés en moyenne 21% plus productifs (Delmas, Pekovic, 2013). 

« Agir en faveur de l’environnement permet d’améliorer la productivité de ses salariés. L’effet de plus haute productivité provient de l’appréciation des employés pour leur environnement de travail » – Pekovic

Faire des économies:

En mesurant et en analysant les consommations d’eau et d’énergie de votre entreprise ainsi que la gestion des déchets et du recyclage, vous identifiez des postes de dépenses évitables. Dès lors, vous réalisez des économies chaque année.

 

… pour une entreprise durable !

 

Assurer la pérennité de son entreprise…

La RSE permet d’anticiper bon nombre de menaces qui peuvent fragiliser l’organisation jusqu’au risque ultime, la cessation d’activité. En cette période de crise sanitaire qui n’épargne aucun secteur, aucun pays, beaucoup de réponses se trouvent dans le dialogue social et dans la discussion avec l’ensemble de leurs parties prenantes pour prendre en compte l’impact de vos activités réciproques.

Et améliorer sa compétitivité.

L’analyse de France Stratégie porte sur un échantillon de 8 502 entreprises (TPE, PME, grandes entreprises) et étudie la relation entre stratégie RSE* et compétitivité**.

Les entreprises qui mènent une politique RSE sont plus compétitives (+13% en moyenne). Si l’on prend chacune des dimensions individuellement, la compétitivité est améliorée de:

  • 5 % pour l’élévation de la relation client-fournisseur,
  • 8 % pour la certification environnementale,
  • 9 % pour une meilleure considération des ressources humaines,
  • 20 % pour la dimension sociale.

 

*Selon quatre dimensions: ressources humaines, dimension environnementale et éthique, relation avec les clients et relation avec les fournisseurs.

**Selon trois données: profit, valeur ajoutée et excédent brut d’exploitation.

Si cet article vous donne une visibilité sur les gains directs pour votre entreprise, n’oublions pas que la RSE a pour finalité l’attention portée à la société dans son ensemble dans l’objectif de lui être utile. L’entreprise du XXIème siècle est celle qui agit concrètement pour transformer les Business Model pour une société plus juste, plus résiliente et inclusive.

Parce que changer le monde passe par vous !

 

Baptiste Drapier

[e-Learning] Présentation Module 1 – Label RSE

[e-Learning] Présentation Module 1 – Label RSE

Votre organisation est engagée dans une démarche RSE et vous souhaitez l’affirmer et la développer ?

Différents outils permettent de dynamiser ou re-dynamiser une démarche RSE en structurant sa stratégie et ses actions en place et en incitant à l’amélioration continue.

Les labels et certifications sont un bon moyen d’affirmer et de développer sa démarche RSE car la création de valeur engendrée a un impact positif sur les parties prenantes internes et externes.

Mais les labels et certifications connaissent depuis quelques années un développement significatif et il est parfois compliqué de se retrouver dans cette jungle.

Afin de vous aider à choisir, ce module met en lumière les labels les plus présents sur le marché en matière de démarche RSE

Après avoir vu cette vidéo, vous aurez les cartes en main pour décider de votre stratégie RSE et vous comprendrez aussi comment la RSE s’allie à la performance grâce à la labellisation.

ModuleLabels RSE

Flora Grand – Consultante RSE, experte certification et audit

Flora Grand est diplômée d’un Master Comptabilité, Contrôle et Audit, d’un degree Accounting and Finance aux Etats-Unis et est formée aux enjeux de l’ISO 26000 et des labels RSE. Après un début de carrière en tant qu’auditeur financier, Flora rejoint le département RSE d’un cabinet accrédité OTI en 2017 où elle développe son expertise sur les sujets environnementaux, sociaux et sociétaux en se spécialisant sur l’audit des données extra-financières, le reporting, et l’analyse des enjeux, des risques et des processus des entreprises, de secteurs variés. Elle a également effectué, un volontariat participant en à la préservation des de la biodiversité au sein de la Forêt Amazonienne en 2019. Aujourd’hui entrepreneure, Flora collabore avec l’agence Parangone pour accompagner les entreprises dans la construction, la valorisation et le reporting de leur stratégie d’impact, ainsi que dans leur démarche de labellisation et certification.

Acquis

  • Des bases plus affinées sur la RSE et le développement durable appliqué aux organisations pour prendre en main sa stratégie RSE
  • Connaître et comparer les différents labels de la démarche RSE pour choisir le plus adapté à sa structure
  • Avoir toutes les clés pour se lancer dans une démarche de labellisation et de certification et ainsi affirmer et développer sa démarche RSE
Les points forts

  • Une formation 100% en ligne qui vous permet d’adapter la lecture et l’avancement à votre rythme
  • Un contenu concret qui aide à prendre les bonnes décisions
  • Les compétences et retours d’expériences d’une formatrice consultante spécialisée en conseil RSE en évaluation auprès des entreprises
  • Les interventions de différents professionnels qui apportent les clés pour passer à l’action

OBJECTIFS DE LA FORMATION

  • Acquérir les compétences au niveau gouvernance et opérationnel nécessaire à la mise en place d’une labellisation ou d’une certification  
  • Prendre conscience du panel de possibilité pour aller plus loin dans sa démarche RSE grâce à la labellisation et certification
  • Acquérir les bases théoriques et s’approprier les outils pour affirmer et développer sa démarche RSE dans son organisation
  • Donner les moyens de choisir la solution la plus adaptée et réussir à la mettre en place de manière optimale pour affirmer et développer sa démarche RSE
  • Être en mesure de décliner les concepts et les outils méthodologiques au sein de son organisation
  • Comprendre les avantages de se plier au jeu de l’évaluation de manière volontaire

 

PRÉ-REQUIS

Notions de base sur la RSE et le développement durable en entreprise

PUBLIC

  • Directeur ou responsable Développement Durable
  • Chef de projet ou chargé de mission Développement Durable ou RSE 
  • Directeur ou manager de PE, Start-up ou PME, désirant s’engager dans le Développement Durable
  • Consultant en conseil RSE
Les Avis :

There are no reviews yet. Be the first one to write one.

S'abonner à la Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter pour rester informé..

Vous êtes désormais inscrit.

Pour plus de contenus exclusifs !

Inscription réussie :