Temps de lecture : 5 min

Voici notre tout dernier article retraçant notre webinaire du 12 avril dernier. Si vous n’avez pas lu les 3 précédents articles, nous vous incitons à suivre les liens suivants :

Article 1 : Votre entreprise a un potentiel caché !

Article 2 :Les 3 effets de la méthode Parangone !

Article 3 : Témoignage de Jonathan Leyva – Konica Minolta France.

Nous vous proposons pour clôturer cette série, le témoignage de Blaise Estrade Directeur Administratif, financier et RH du Groupe Pigments constitué de 6 agences et de 2 sites industriels, il regroupe aujourd’hui 80 collaborateurs.

Parangone a débuté l’aventure, il y a 5 ans avec l’agence With Up, aujourd’hui filiale du Groupe Pigments, dans l’élaboration de leurs engagements RSE. Depuis 1 an et demi, nous avons accompagné le groupe entier dans la réalisation de leur communication sur le progrès (CoP) au titre de signataire du Global Compact ainsi que dans la construction de leur stratégie RSE.

 

@Vanessa Logerais : Le Groupe Pigments a fait le choix de faire de la RSE une dynamique commune à l’ensemble de vos métiers, ce qui n’est pas simple puisque le ressort de votre développement passe par l’acquisition externe. Pouvez-vous réagir sur l’effet Convergence employé avec vous ?

 

Blaise Estrade : “L’adhésion au Global Compact a été le point de départ de la démarche de structuration de notre stratégie RSE. Le Groupe Pigments est en forte croissance depuis plusieurs années, à la fois en interne qu’en externe. C’est dans ce sens que 3 entités ont rejoint les 3 agences historiques du groupe : nous avons donc un enjeu important de cohésion, d’intégration et de partage de valeurs communes.

La RSE est, à côté d’une gouvernance groupe et à côté de systèmes d’informations unifiés, un des moyens rapidement imposés pour l’intégration globale de toutes ces structures. Nous avons donc travaillé sur l’équation de création de valeur économique parallèlement à l’équation de création de valeur sociétale. Nous sommes arrivés avec la complémentarité des métiers, à un modèle d’affaire dans lequel la RSE est absolument à tous les étages.

Ce travail est extrêmement vertueux à l’intérieur du groupe, les plus jeunes vivent la RSE et donc n’ont eu aucun mal. Encore plus loin, cela a permis de mettre autour de la table l’ensemble des classes d’âge. Ce projet a permis de favoriser l’échange de connaissances, un language commun, la compréhension des métiers de chacun, le partage de valeurs et tout ceci en adéquation avec les aspects de la RSE des salariés qui se ressentent de façon évidente aujourd’hui.”

 

Vanessa Logerais : Nous sommes au stade de créer une gouvernance de la RSE, nous faisons en sorte qu’il y ait plusieurs organes de discussion, d’échange pour diffuser cette culture RSE. Pouvez-vous dire quelques mots sur le Comité RSE et le Comité de certification.

 

Blaise Estrade : “Nous avons commencé, comme le dit Jonathan, par mettre en place, l’année dernière, des ateliers de formation. Aujourd’hui, nous sommes sur une étape plus importante : structurer notre démarche RSE interne. 

Il y a un comité RSE dont j’ai la responsabilité avec l’ensemble des référents RSE interne qui reporte directement au comité de direction, ce qui permet d’avoir un effet à 2 étages. 

Un certain nombre d’initiatives sont remontées au comité RSE et nous allons ensuite faire des propositions au comité de direction pour donner les moyens de développer ces initiatives et de les redescendre à l’ensemble des salariés.

Par ailleurs, nous sommes en train de mettre en place un comité de certification. 

Nous avons 3 de nos agences qui sont sous le modèle de la norme ISO 20 121, déclinée de l’ISO 26 000 adaptée au management responsable des événements, et des sites industriels qui sont sur des passages de la norme ISO 9 001.

Ainsi, il y a une complexité qui ce centre entre d’une part nos Communication On Progress (CoP), nos certifications et cette stratégie de démarche volontaire et progressive. Evidement, il y a des passerelles entre ces référentiels. La gouvernance spécifique que nous mettons en place permet de mettre en adéquation l’ensemble de ces moyens, de cette stratégie et d’innover.

 

Vanessa Logerais : Après une première CoP qui a posé les bases de l’amélioration continue, ce qui va être maintenant approfondi ce sont les indicateurs, les KPI. Un dernier mot à ce sujet Blaise ?

 

Blaise Estrade : “Nos KPI ont déjà été identifiés. Ce que nous sommes amenés à faire, c’est de sensibiliser nos collaborateurs au fait que nous avons déjà énormément d’initiatives, de développement, d’innovation qui sont en cours à l’intérieur de l’entreprise.

L’objectif est de les identifier et d’être capable de « compter les oies ». Plus on a d’oies dans le ciel, plus nous sommes capable de les compter. Ce qui va devenir un indicateur de satisfaction pour les salariés puisqu’ils s’aperçoivent de l’utilité de leurs initiatives, de leurs actions au sein de l’entreprise.”

 

Si vous souhaitez retrouver le replay vidéo de notre webinaire, envoyez nous un mail à l’adresse suivante :      

projet@parangone.org

Merci d’avoir lu jusqu’à la fin, si vous nous suivez depuis le début de la série des articles, nous vous remercions doublement !

N’hésitez pas à jeter un oeil à nos autres articles dans les différentes rubriques : S’informer et Agir.

 

 

S'abonner à la Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter pour rester informé..

Vous êtes désormais inscrit.

Pour plus de contenus exclusifs !

Inscription réussie :